EDITO SEPTEMBRE 2014

1193
 

Alleluia! Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais il s’agit quand même d’un signe très encourageant!

Autorisons-nous une bouffée d’optimisme en cette rentrée.

La manifestation récente de fermeté du Gouvernement est aussi inattendue que porteuse d’une lisibilité (à venir) indispensable aux acteurs économiques. Elle est le signe que nous pouvons, peut être, remettre à leur vraie place les idéologies, c’est à dire dans leur rôle, indispensable, d’agitateur et d’aiguillon de la vie politique, et en aucun cas de gouvernement.

L’histoire se répète : Cette prise de conscience rappelle celle de 1983, après deux années d’errements utopiques et maladroites. La mutation révolutionnaire du Monde depuis 30 ans impose d’aller beaucoup plus loin qu’alors, de faire preuve d’une lucidité impopulaire (en apparence), et d’un véritable courage dans l’action.

Le gouvernement nous a montré sa capacité de remise en cause de décisions électoralistes (la loi Alur en est un exemple), l’avenir nous dira le reste. Mettons-nous également à rêver d’une révision juste, réelle et indispensable du Code du Travail ( imposé en 1947, par…Maurice Thorez). La réserve attentive de FO et de la CFDT est remarquable à ce sujet.

La création récente, majeure et peu médiatisée, du statut Entrepreneur/Etudiant, outre des avantages concrets, dénote également d’une prise de conscience du rôle de l’Entrepreneur : au cœur du développement. Cette évidence redécouverte, voire ré-inventée par certains, nous rappelle les vraies motivations  individuelles et collectives de l’entrepreneuriat : l’engagement, la créativité, et nous renvoie aux droits fondamentaux de la Déclaration de Droits de l’Homme et du Citoyen, à savoir la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

En résumé, la confiance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here