EDITO JUIN 2015

1504

Encourageant !

Le Ministre de l’Economie et des Finances surprend autant sa majorité que l’opposition par sa liberté de pensée et l’anticonformisme (relatif) de ses propositions. Il impose des questionnements dérangeants qui bousculent le confort frileux de positionnements obsolètes.

Serait-ce l’espoir, enfin, d’une réflexion courageuse, affranchie des vieilles lunes de la Gauche et des coups de mentons de la Droite, toutes deux objectivement alliées dans la reconnaissance de « zones interdites de débats » et de tabous ahurissants ?

Les conseils de prud’hommes en sont un exemple frappant. Au prétexte, d’une part, de l’évidente utilité qui justifie leur existence, et d’autre part de leur sanctuarisation, aucune réflexion sérieuse sur les dérives de cette juridiction n’a jamais été menée. Le plafonnement des indemnités serait une avancée primordiale. Sa mise en œuvre est nécessaire au développement des TPE/PME (donc de l’emploi) que certaines condamnations aberrantes, en particulier pour vice de forme, désespèrent.

Le bon sens et le réalisme politique dont fait preuve Emmanuel Macron doivent être salués et encouragés. Il vient également, et c’est une première à ce  niveau de responsabilité, d’apporter son soutien à l’idée d’un noyau dur au sein de l ’Union européenne existante (28 nations voire plus), noyau dur qui serait  composé de quelques Etats (France, Allemagne, Benelux, Italie, Espagne,…) prêts à s’engager sur la voie d’une véritable intégration politique que leurs cultures et niveaux de développement similaires pourraient permettre.

Notre pays ne doit plus s’interdire aucune remise en cause. Il doit arrêter de croire que c’est impossible parce que compliqué. Tout peut, doit, faire l’objet d’interrogations pragmatiques. A défaut, et comme c’est déjà trop souvent le cas, les sujets difficiles seront récupérés par les extrêmes et traités avec autant de démagogie que de stupidité !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here