EDITO JANVIER

1801
VOEUX La santé n’existe pas sans un minimum d’attention à notre corps. La prospérité ne peut que très rarement s’obtenir sans travail. L’amour, comme l’amitié, restent au stade du rêve si l’on ne va pas vers l’autre. Les vœux traditionnels, malgré leur bonne intention, relèvent plus de la superstition ou de la croyance naïve en une force supérieure susceptible de favoriser le succès et la réussite. Nous retrouvons d’ailleurs cette croyance chez ceux qui appellent le plein emploi en oubliant qu’il ne tombe pas du ciel mais dépend exclusivement de l’existence d’employeurs libres d’entreprendre, ou encore prêchent la réduction de la dette sans considérer que celle-ci passe par moins d’emprunt et des dépenses maîtrisées. Ne nous souhaitons donc ni la santé, ni la prospérité, ni l’amour, qui sont des conséquences, mais plutôt de trouver en nous les moyens indispensables pour les atteindre. Soyons lucides. Il est en effet bien préférable de vivre en janvier 2015, qu’en janvier… 1915. (25 000 morts uniquement en France). Soyons optimistes. Les forces de notre territoire, de notre pays et de l’Union Européenne, sont considérables et passionnantes. Soyons confiants. Au-delà du scandale des trop pauvres et sans doute aussi de certains trop riches, la grande majorité d’entre nous dispose d’une qualité de vie bien supérieure à celle de nos parents, et d’un monde plus sûr. Soyons courageux. La dangerosité de notre époque, bien que différente, n’est ni plus ni moins réelle que dans les précédentes. L’ampleur du terrible attentat contre Charlie Hebdo trouve son équivalent en France il y a 50 ans… Les opportunités sont tout aussi importantes, sachons les saisir ! Soyons bienveillants. Nos nerfs et nos artères nous en seront reconnaissants, la santé de nos entreprises en bénéficiera. Soyons attentifs. Ce qui nous unit est plus important que ce qui nous divise. Nous sommes Charlie. je-suis-charlie-hebdo-gepa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here