EDITO DE NOVEMBRE 2014

1182
Remarquable !

Monsieur Cresta et Madame Bulteau (respectivement députés des Pyrénées Orientales et de Vendée) viennent de nous confirmer la pertinence d’une réflexion politique particulièrement pointue.

En effet, conscients de l’importance de leur fonction, comme des défis que notre pays rencontre, ces deux élus viennent d’interpeler le gouvernement sur un sujet exemplaire : la perte de TVA sur honoraires d’agences qu’entrainent les relations immobilières directes de particulier à particulier ! Afin de poursuivre cette réflexion nous suggérons de l’étendre aux rencontres via internet qui, en limitant les dépenses « d’approche » (restaurants, cinémas et boîtes de nuit), privent l’Etat de recettes afférentes, ou encore aux pêcheurs amateurs qui, par manque de civisme, limitent le chiffre d’affaires des poissonneries. Peut être également qu’une interdiction de baisse des prix permettrait de conserver une assiette constante de taxation ?

Le coût d’un député pour la République est d’environ 970 000 €/an. Ce n’est pas ce montant qui est choquant, mais ce que l’on obtient parfois en échange !

Au-delà du ridicule de l’affaire, il est inquiétant de constater, une nouvelle fois, la pauvreté intellectuelle et idéologique de certains responsables politiques. Ces deux élus n’ont aucune idée de l’économie (Monsieur Cresta se dit « cadre du secteur privé », alors que sa fiche parlementaire rappelle que son dernier poste était à la …CAF !) et, en toute bonne foi probablement, sont incapables de concevoir que la redistribution de richesses ne peut raisonnablement intervenir qu’après … leur création, et que la liberté d’entreprendre en est une condition indispensable. De même, et plutôt que de réfléchir à de nouveaux impôts ou interdictions, que ne s’engagent ils pas plutôt dans la recherche d’efficacité dans les dépenses, et des économies qu’il serait possible de réaliser tant au niveau de l’Etat que des collectivités locales (il est vrai que tous deux sont d’abord fonctionnant/fonctionnaires et élus locaux). Par exemple soutenir l’idée d’une réduction du nombre de parlementaires, et rejoindre ainsi le souhait exprimé par Messieurs Sarkozy, Hollande, Juppé et Madame Le Pen ?

Si nous avions une représentativité démographique (députés/représentants) équivalente à celle des Etats Unis, nous n’aurions que 90 députés contre 577 aujourd’hui ! Sans aller jusque là, et sans se focaliser sur les économies potentielles (une démocratie efficace a un prix), une réduction significative contribuerait certainement à la régénération de notre système politique. Et limiterait, proportionnellement, le nombre d’inepties exprimées !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here